Ceux de chez nous   

              Accueil • Galerie • livre des visites • Armoire aux souvenirs • Poésies • Amis de Mascara • Forum

 

Dernière modification le 30/05/2012

René et slyvère Manchon

• Remonter •
• BENCHENANE Hamza •
• Margaux FABRE •
• Laoufi Boualeme •
• PEDAILLE Fernand •
• MUSELLI Pascal •
• Marcel FENOLL •
• HEINTZ Pierre •
• MALE Fernand •
• DOMMARCO Marcel •
• CHEVASSUT Amédée •
• BAGNERIS Victor-Louis •
• Gérard Fuentes •
• René et slyvère Manchon •
• Maurice BANOS •
• Raymonde Ripoll-Boulet •
• Daniel SAINT-HAMONT •
• Mustapha BENCHENANE •
• Claude SAUVAGE •
• Fred FOREST •
• Alain AFFLELOU •
• Charles CAMBES •

 
J'ai lu sur l'Echo de l'ORANIE que Sylvère et René MANCHON nous avaient quittés pour "repartir vers la rue du CAIRE" où ils ont certainement retrouvés leurs amis disparus, dans cette même cour de ton enfance. Alors une pensée pour eux serait peut être bien pour tous ceux qui les ont connus, car tant que nous vivrons, eux seront toujours dans nos mémoires et ils ne disparaîtront vraiment que lorsque personne ne se souviendra plus d'eux.
Amicalement 
Sylvère SERRA

 Oui, Slylvère, que de souvenirs avec les MANCHON mes voisins.  Quel est le garçon de Mascara ,catholique,qui n' a pas été enfant de chœur sous les ordres de Dédé Manchon le sacristain? Nous étions nombreux quand il s'agissait de servir les Mariages, bien moins pour les enterrements où il fallait aller à pieds jusqu' au cimetière. Ce n'était pas le fait de marcher si loin,  avec la grande croix, mais parce que pour les mariages on se partageait une quête avec Dédé; parfois  pour des "grands mariages" comme on disait, 600 francs  chacun (6 nf) alors que pour les enterrements le curé nous donnait seulement 10 francs (0.10 nf).  Alors il effectuait une sélection, ceux qui servaient les enterrements servaient les mariages. Nous aimions sonner les cloches et René nous laissait sonner les petites cloches, l'angélus, celle qui sonnait à midi et à 18 heures. Les plus grands s' occupaient des grosses, ils y arrivaient après plusieurs balancements et remontaient haut.

Pierre Rubira